02/07/2021

Orages et pluies violentes : comment déclarer un dommage à son assurance ?
Toiture arrachée, cave inondée, appareils électriques en panne… Un orage ou de fortes pluies peuvent causer des dommages matériels considérables sur votre logement. Si ces dégâts peuvent être couverts par votre assurance habitation, il convient d’agir vite et de respecter certaines démarches afin d’obtenir une indemnisation.

Avec le réchauffement climatique, les cyclones, pluies diluviennes et autres intempéries extrêmes tendent à se multiplier. Même bref, un orage accompagné de pluies violentes peut entraîner des dommages matériels importants pour vos biens personnels, notamment votre habitation.
Selon le type de préjudice subi et le contrat de multirisques habitation (MRH) que vous avez souscrit, les conditions d’indemnisation ne seront cependant pas toujours les mêmes. Dans tous les cas, il convient de prévenir votre assureur dans les plus brefs délais afin de déclarer le sinistre, faire le point sur vos garanties, vous renseigner sur les premières mesures conservatoires à prendre et lister les justificatifs à fournir. Pour connaître la marche à suivre, suivez le guide !
Conséquences d’un orage et de pluies violentes : que couvre exactement votre assurance habitation ?
Tout dépend de votre assureur ou du contrat d’assurance habitation que vous avez souscrit !
Orage, fortes pluies, chute de grêle, vents violents… Selon la nature de l’événement climatique et du dommage subi, différentes garanties de base généralement incluses dans votre contrat de MRH peuvent intervenir telles que :

  • la garantie dégât des eaux qui vous indemnise en cas de dommage causé par l’eau sur votre logement ou sur vos biens mobiliers comme des infiltrations sous votre toit ou un débordement de vos gouttières ;
  • la garantie incendie qui intervient en cas d’incendie résultant d’un impact de foudre, situation considérée comme un cas de force majeure ;
  • la garantie événements climatiques (parfois appelée « garantie tempête » ou « garantie forces de la nature »). Elle vous couvre en principe pour les dégâts survenus suite à des vents violents, des bourrasques de forte intensité ou des pluies diluviennes. Selon les assureurs, elle prend parfois également en charge les conséquences de fortes chutes de neige ou de la grêle. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez l’enrichir d’une « garantie grêle » ou d’une « garantie neige » spécifiques  ;
  • la garantie catastrophes naturelles qui prend en charge les sinistres résultant d’intempéries majeures telles que des inondations ou des cyclones. Automatiquement incluse dans les contrats d’assurance de dommages, cette garantie n’est activée que dans le cas où un arrêté interministériel paru au Journal Officiel déclare l’état de catastrophe naturelle dans votre zone de résidence suite à cet événement météorologique.

    Vous devez déclarer des dommages auprès de votre assurance, la Mairie vous délivrera une attestation afin de justifier les dégats occasionné par les intempéries.